A la découverte des Trésors de la Méditerranée

Comme je vous l’avais annoncé ici, Guillaume et moi avons participé, début mai, au . Ce fut un séjour inoubliable où nous avons fait des rencontres exceptionnelles et découvert AjaccioL’Ile de Beauté nous tentait depuis longtemps mais nous n’y étions jamais allé. Ce (trop) court séjour ne nous a donné qu’une envie : y retourner rapidement!

A la découverte de AJaccion

Avant que le Salon ne commence, l’organisateur, , et Catherine et Coralie de l’ nous avaient concocté une journée de découverte de la ville. C’est ainsi qu’accompagnés de Martino ( The Travel Magazine), Valentine et Aurelie ( Hello, it’s Valentine), Solène et Guillaume ( My Little Road) et Rattana (Ici Laos Cambodge), nous partîmes à la découverte des Trésors de la Méditerranée! Au programme, visite d’Ajaccio autour du thème du corail avec Pierre-André, découverte de l’atelier d’Anne-Marie ODIER, la seule bijoutière qui travaille le corail à Ajaccio, déjeuner au bord de mer à puis snorkeling avec le au large des îles Sanguinaires. Une journée remplie de découvertes, de bonne humeur et de soleil!

L’histoire d’Ajaccio a longtemps été lié au corail qui, contrairement à celui du Pacifique, n’est pas poreux et peut donc être travaillé. On dit que le corail existerait suite à la décapitation de Méduse par Persée et dont la tête, après avoir été jetée dans la Méditerranée, aurait pétrifié les algues. Au XVIIIeme siècle, les 3/4 de la population ajaccienne vivait de la pêche au corail. Si ce n’est plus le cas désormais, la tradition veut, aujourd’hui encore,que chaque nouveau-né reçoive, à sa naissance, un pendentif en corail en forme de poing.

La Maison du Corailleur

Lorsqu’on se balade dans la ville, avec un guide aussi avisé que Pierre-André, on ne peut que remarquer les traces du passé sur la ville telle cette grande bâtisse qui fut autrefois situé dans les faubourgs d’Ajaccio et qui était la maison du corailleur le plus important. La place Foch et sa statue de Napoléon représenté en consul nous rappelle le rôle important qu’il a joué dans le développement d’Ajaccio, notamment pour le corail, à travers son arrêté consulaire de 1802. C’est ce même arrêté qui fut à l’origine de la construction du lazaret sur les îles sanguinaires que nous avons pu observé l’après-midi-même, lors de notre sortie snorkeling.

Après avoir mieux compris l’importance du corail à Ajaccio et son histoire, nous sommes allés à la rencontre d’Anne-Marie ODIER dans son atelier . C’est la seule bijoutière d’Ajaccio qui travaille le corail sur place. Ajaccio a toujours été une ville de pêche de corail mais jamais de transformation du corail qui se faisait principalement à Torre del Greco, près de Naples. C’est pourquoi Madame ODIER fai un peu exception à la règle. Son travail de bijoutière lui demande de créer de A àZ les bijoux aussi bien le support que le travail de la pierre ou, ici, du corail. Lorsqu’elle reçoit le corail, dont la couleur varie de peau d’ange à rouge très prononcé, il est complètement brute et c’est à elle de le poncer pour enlever les stries et les trous puis de le polir pour lui donner cet aspect brillant. Une fois ces deux étapes réalisées, la couleur du corail sera stabilisé et ne changera plus.

On se retrouve très vite pour la suite de notre journée de blogtrip à Ajaccio.

Laisser un commentaire