Lorsqu’on parle du Maroc, la plupart des gens pense immédiatement à des vieux bâtiments souvent de couleur ocre qui encadrent les rues. Eh bien, vous avez raison. Pourtant, dans la région du Moyen Atlas, située à 1664 mètres d’altitude au-dessus du niveau de la mer, se trouve Ifrane, une ville du Maroc qui ne ressemble à aucune autre. Avec de magnifiques maisons recouvertes de belles toitures rouges, des parterres fleuris, des parcs lacustres et des hivers blancs, cette belle ville de style européen à des allures de ville suisse alpine. Elle est d’ailleurs communément appelée « la Suisse du Maroc ». Le climat tout autour y est chaud et sec, mais la ville a réussi à garder sa végétation abondante ainsi que des forêts de cèdre et des pâturages qui égaient le printemps. Même en hiver, le décor reste frappant. La riche communauté berbère des villes de Fès, Meknès, Marrakech…, pour vivre l’hiver européen, a fait de Ifrane qu’on peut d’ailleurs accéder facilement, son terrain de jeux.

 Une ville historique

A la base, Ifrane construite en 1930 pendant l’ère du protectorat par les français, était exclusivement réservé à l’administration de ceux-ci. Ici, le climat frais des étés attire les riches marocains comme l’ont été entre temps les français. L’air y est doux et agréable même quand Fès et Meknès sont écrasées par une accablante chaleur.

La température avoisine souvent le zéro en hiver et la montagne environnante se dresse fièrement, tout de blanc vêtu. De plus, Ifrane était même la ville d’Afrique ayant enregistrée les températures les plus bases allant jusqu’à -24 degrés.

De par sa localisation (située en haut des montages), Ifrane était ce qu’on appelle une « station de montagne ». Les familles coloniales pouvaient s’y rafraîchir. Ce concept de « station de montagne », ce sont les Britanniques qui l’ont développé premièrement en Inde. D’ailleurs, on connaît tous le Shimla dans l’Himalaya qui reste l’exemple le plus palpable ayant servi comme capitale d’été.

Les stations ainsi créées uniquement pour les expatriés européens, avaient pour but de les aidés à se souvenir de leurs pays. C’est la raison pour laquelle le design de la ville et tout ce qui s’y trouve ont été importé des pays européens.

Lorsque la France a obtenu son indépendance, les marocains ont rejoint la ville et l’ont agrandi. Une mosquée a été construite ainsi qu’un marché public et bien d’autres choses encore. La très renommée université publique américaine Al Akhawayn y a aussi vu le jour et ceci depuis 1995. Ifrane est alors devenue l’un des carrefours du tourisme intérieur. Depuis, elle n’a cessé de s’accroître en particulier au cours des stations d’été et d’hiver.

A Ifrane, le vieux est cassé pour construire les nouveaux. Par conséquent, les vieux chalets situés dans le centre-ville sont détruits au profit de complexes de condominium. A la périphérie de la ville, on assiste à un beau ballet de centres de vacances et d’ensembles résidentiels fermés.

Ici à Ifrane, nombreux sont les employeurs qui gardent pour leurs employés en vacances des complexes d’appartements. De plus, ceux qui ont les moyens peuvent s’offrir des journées d’excursion et ainsi profiter de la neige et du ski.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here