Alsace : vue d’ensemble

L’Alsace est peut-être la plus petite région de France métropolitaine, mais elle regorge de curiosités et de villages exquis et fleuris. Un séjour ici est rendu d’autant plus agréable par la nourriture, les vins renommés (blancs et fruités) et les bières. L’influence de l’Allemagne, de l’autre côté du Rhin, est indéniable, comme en témoignent les noms de lieux, l’architecture, la cuisine et le patois local.

Lieux à visiter en Alsace

Strasbourg

Strasbourg, capitale de l’Alsace, est située sur le Rhin à un carrefour stratégique de routes commerciales. Son centre historique est confiné à la Grande île, entouré d’une rivière transformée en une série de bassins et de canaux. Facile à explorer à pied, les ruelles étroites sont bordées d’un curieux assortiment de bâtiments et de musées – comme le Palais des Rohan du XVIIIe siècle pour les beaux-arts, les arts décoratifs et l’archéologie – qui convergent vers la Cathédrale Notre-Dame, une cathédrale gothique rosée.

Strasbourg moderne est l’une des trois villes non capitales du monde (avec New York et Genève) où se trouvent les sièges des grandes institutions internationales. L’Euro-quartier contient les sièges du Conseil de l’Europe et de la Cour européenne des droits de l’homme, et le Parlement européen siège au Palais de l’Europe.

Au nord de Strasbourg se trouve une terre de forêts ancestrales et de châteaux. La Forêt de Haguenaushelters, hameaux de maisons en bois, réputés pour leurs fêtes folkloriques colorées, et Betschdorf, à la lisière nord de la forêt, est célèbre pour ses poteries bleues et grises.

Colmar

Centre de la route des vins et centre d’affaires des professionnels du vin, Colmar est aussi la deuxième plus grande ville touristique d’Alsace et particulièrement jolie pendant le marché de Noël de décembre. Le sculpteur Bartholdi, créateur de la Statue de la Liberté de New York, est né ici, et ses œuvres sont bien en vue dans les parcs de la ville. La vieille ville est une grande zone piétonne de places irrégulières reliées par des rues courtes qui serpentent autour des bâtiments historiques et des églises. L’église dominicaine est le site du retable de la Madone avec le buisson de roses (1473), qui est accroché dans le chœur ; c’est un chef-d’œuvre expressif exécuté par l’artiste du XVe siècle Martin Schongauer, originaire de Colmar.

Le musée d’Unterlinden est réputé pour les œuvres de Schongauer. Son point culminant est le phénoménal retable d’Issenheim de Mathias Grünewald.

La promenade à travers Colmar mène au quartier de La Petite Venise, en l’honneur de la petite rivière Lauch et du canal adjacent où les tanneurs nettoyaient autrefois leurs peaux. Ici, comme dans toute la ville, les balcons sont bordés de fleurs, et chaque maison à colombage a une touche individuelle, une tourelle à pignon ou des sculptures insolites comme les têtes de la Maison des Têtes. L’Ancienne Douane ou Koifhus est recouvert de tuiles émaillées disposées en motifs verts et jaunes.

Route des vins d’Alsace

A l’abri des vents froids, humides et du nord-ouest par les Vosges, les vignobles d’Alsaceenjoy jouissent d’un microclimat idéal pour produire des vins blancs qui s’opposent avec confiance aux vins plus réputés de Bourgogne et de Bordeaux.

Le vignoble longe les pentes douces entre les Vosges et la vallée du Rhin le long d’une étroite bande de 120 km qui s’étend de Marlenheim, à l’ouest de Strasbourg, jusqu’à Thann, à l’extérieur de Mulhouse. La route sinueuse des vins est bien indiquée ; ses charmants villages et châteaux médiévaux et du XVIe siècle – comme le Haut-Koenigsbourg et Kaysersberg – en font le plus beau circuit viticole du pays, le meilleur de tous pendant les vendanges d’octobre. Des dégustations et des achats sont possibles dans de nombreuses propriétés. Renseignez-vous auprès du syndicat d’initiative local ou de la Maison du Vin d’Alsace de Colmar pour connaître les circuits viticoles organisés au départ d’Obernai et de Turckheim.

Haut-Koenigsbourg

www.haut-koenigsbourg.fr

Le château du Haut-Koenigsbourg est le spectacle touristique le plus visité d’Alsace – il est aussi en première division pour toute la France. Debout sur un affleurement rocheux à 757 m d’altitude, il peut paraître de loin comme tout château médiéval, mais il n’est pas aussi authentique qu’il n’y paraît.

La première forteresse sur le site a été construite au 12ème siècle. Une version reconstruite a été détruite en 1633 par l’artillerie suédoise pendant la guerre de Trente Ans. Elle a été en ruines pendant deux siècles jusqu’à ce que l’empereur Guillaume II décide de redonner à la forteresse sa grandeur d’origine au début du XXe siècle – l’Alsace étant alors entre les mains des Allemands. Bien qu’il se soit laissé guider par les connaissances historiques et archéologiques de son temps, il y a évidemment une grande part de son propre goût dans le produit fini. C’est aussi une déclaration politique : Le Haut-Koenigsbourg est censé avoir l’air allemand. Tous les ingrédients d’un château médiéval sont là – pont-levis, murs-rideaux, cour d’honneur, remparts – mais il y a aussi des tourelles primitivement pointues et des touches de fantaisie néo-gothique.

Laisser un commentaire