Comment choisir son monument funéraire ?

Le champ lexical funéraire peut souvent contenir des mots difficiles comme stèle, épitaphe et semelle qui le rendent un peu compliqué. Cependant il est nécessaire de maîtriser les contours pour réaliser une tombe. Dans cet article nous allons vous expliquer en détails comment procéder.

Le monument funéraire est un lieu très particulier car il permet aux proches du disparu de venir se recueillir et de se le remémorer à travers ce lieu. Ainsi vu son importance, sa conception doit répondre à des critères artistiques mais aussi de  résistance et de durabilité pour pouvoir résister aux aléas du climat et faire effet dans le temps. Donc pour réaliser un monument funéraire chaque étape est très importante du cercueil à la pierre tombale sans oublier l’urne.

Quelles dispositions faut-il prendre avant la cérémonie funéraire ?

La première étape dans ce long processus est le choix du cercueil qui doit être en adéquation avec certains critères précis. En fait pour avoir un bon cercueil, il faut choisir un dont l’épaisseur est comprise entre 18 et 22 millimètres. Il est recommandé de prendre la plus petite épaisse c’est-à-dire 18 millimètres lorsque vous vous procédez à une crémation ou dans le cas où la durée de transport du corps ne dépasse par deux ou quatre heures. Il est aussi important de précise qu’un bon cercueil doit être en mesure de supporter une personne ayant un poids de 100 kg et mesurant 1,85 m et disposé d’une garniture étanche réalisé dans un matériau biodégradable. Le cercueil peut être conçu en bois noble (bouleau, merisier, chêne, noyer) ou en un matériau plus léger comme le peuplier ou le pin. Il est également possible de réaliser le cercueil en contreplaqué, mais il faut que ce dernier dispose d’un placage en bois encollé. Si vous avez choisir la crémation, vous pouvez choisir comme monument funéraire un colombarium pour y déposer les cendres de votre proche à l’instar de Direct Monument Funéraire. Dans le cas contraire vous devez opter pour des matériaux adaptés comme le carton recyclé alvéolé ou contreplaqué.

Ensuite que faut-il faire après la cérémonie d’inhumation ?

Après avoir effectué l’enterrement, la plupart du temps la famille du défunt et se connaissances patientent six mois avant de finir le monument funéraire. Ce temps de latence est nécessaire pour permettre à la terre de se tasser autour du cercueil. Il est aussi important de préciser que toutes les réalisations en matière de monument funéraire doivent respecter certaines règles précises fixées par la commune. En effet pour les constructions de plus de 12 mètres de hauteur hors sol et dont le volume total dépasse plus de 40 mètres, il faut forcément obtenir un permis de construire. Pour bien maintenir la structure, le cercueil est souvent disposé dans un caveau qui est à son tour couvert d’une semelle. Cet ensemble est maintenu en équilibre par un cadre en granit ou en ciment qui doit aussi soutenir le monument lorsqu’il sera prêt. Le monument comprend une pierre qui est en contact avec le sol, un soubassement, et une tombale qui a la forme d’une dalle décorative. Cette dernière est légèrement penchée pour éviter que des eaux issues des fortes pluies ne stagnent à cet endroit. Vous pouvez aussi rajouter une stèle ou une plaque verticale, sur laquelle vous marquerez les informations relatives au défunt. Au titre de ces informations, vous pouvez inscrire les noms, les prénoms et date de naissance et de mort de la personne décédée. Il est également possible d’y ajouter un prie-Dieu qui est une sorte de petite marche devant le monument ou même des jardinières.

Quels sont les pierres tombales qui existent et comment choisir la meilleure ?

Pour choisir une bonne pierre tombale, il faut préférer celles qui sont généralement en granit rose, gris ou noir. Les pierres tombales de couleur noire sont connues pour être les plus résistantes. La pierre qui coûte la plus chère offre certes plus de possibilités et de couleurs, mais elle nécessite aussi un entretien régulier. Contrairement à ce que la plupart des gens pensent, le marbre n’est plus très utilisé dans les cimetières car il est fragile et n’est pas conçu pour être utilisé à l’extérieur. Vous pouvez aussi inscrire sur les tombes des citations ou des oraisons funèbres encore appelées « épitaphes ». Ces inscriptions se font de plus en plus rares sur les tombes, car la réalisation implique des frais de gravure et se font avec le quitus du maire. De nos jours, on retrouve de plus en plus de tombes ornées de divers médaillons traditionnels et des fleurs. Ainsi vous pouvez décorer la pierre tombale avec des objets commémoratifs ou insérer des images dans la résine pour avoir au final un effet proche de l’hologramme. Pour finir, en ce qui concerne l’urne, on la retrouve sous diverses formes, teintes et matières. Vous avez également le choix de mettre de bijoux cinéraires qui permettent de vous souvenir plus facilement de votre proche.

Laisser un commentaire