Mon voyage en Egypte je vous le raconte

La croisière va se dérouler de la manière suivante : Départ de Louxor, puis Edfou, Assouan et visite d’Abou Simbel. Retour vers Louxor en passant par Kom Ombo et Esna.

Le Nile Goddess – notre bateau

Nous partons du Caire lors de notre voyage en Egypte à 5h.30 du matin pour rejoindre l’aéroport. En 55 minutes nous sommes à Louxor. Il y fait très beau et les températures sont douces bien qu’on soit en janvier.

Un bus nous amène au bateau ( le Nile Goddess) et nous pouvons nous installer dans notre cabine pas très spacieuse mais confortable, avec la salle de bain. Puis nous nous retrouvons au restaurant du bord qui a pour nom “Magnolias Restaurant”.

Louxor

Dans l’antiquité, Louxor se nommait Waset, puis les Grecs l’ont appelée Thèbes et enfin les Arabes, Louxor.

L’après midi, nous visitons Louxor en calèche. Malheureusement, certains chevaux ne sont pas bien traités. Ils sont maigres ou blessés. Le nôtre est en pleine forme, bien nourri. Tant mieux. nous passons dans de nombreuses petites rues. Les gens que nous croisons nous regardent tantôt avec curiosité, tantôt avec agressivité. Ils sont pauvres pour la plupart et nous n’osons pas les photographier. Par contre, la nouvelle ville est plus jolie, les magasins sont bien achalandés et les habitants sont habillés plus correctement. C’est incroyable, car deux mondes complètement différents, se cotoient journellement.

Plus loin, vers les champs, nous avons vu un système d’irrigation. C’est le même qu’au temps des pharaons : Un bovin fait tourner une roue, qui entraîne un axe où sont accrochés des godets. Ceux-ci remontent l’eau du puits qui s’écoule et passe dans des canaux. Ces canaux se ramifient dans les champs. Tout le long du Nil, nous verrons d’autres façons de faire, un peu plus modernes. Les paysans utilisent des moteurs qui pompent l’eau du fleuve, et comme précédemment, elle passe dans les canaux.

Puis nous allons voir une petite église copte (Les coptes sont les chrétiens d’Egypte). Elle est décorée de très jolies peintures.

De retour au quai et en attendant l’heure du repas, nous buvons le thé à la menthe à la terrasse d’un petit café. Certains fument le narguilé (ou chicha).

Le soir,après le repas, le commandant et son équipage nous acceuillent sur leur bateau avec le verre de l’amitié. (avec ou sans alcool). Toute la soirée est très agréable et nous rejoignons notre cabine, fatigués.

Edfou

La croisière commence. Nous navigons toute la nuit et, à notre réveil, vers 7h., nous sommes à l’écluse d’Esna, jolie petite ville que nous visiterons au retour.

Nous passons notre pemière matinée à flaner sur le bateau afin de connaître un peu mieux les lieux. Puis, sur le pont supérieur, nous admirons les rives du Nil.Le paysage est surprenant : le long du Nil, sur une bande relativement étroite, la végétation est luxuriante. Tout est bien vert, mais juste derrière s’étend le désert. Il fait très beau et chaud. Nous en profitons pour nous allonger sur les transats et nous faire bronzer. Nous croisons, tantôt d’autres bateaux de croisière, tantôt des barques de pêcheurs tellement petites qu’elles paraissent minuscules au milieu de l’immensité du fleuve.

Arrivés à Edfou, nous partons visiter le temple d’Horus. Horus est l’un des nombreux dieux égyptiens. Il est le fils du dieu Osiris et de la déesse Isis. Il est le protecteur du pharaon et, est représenté sous la forme d’un faucon. Le temple est gigantesque, comme tous les temples que nous verrons au cours de notre périple. Les hiéroglyphes sont très bien conservés. Comme beaucoup, il comprend plusieurs pylônes (portail monumental entouré de 2 tours), une cour à colonnades (1 colonnade sur 3 côtés). Devant le vestibule à 12 colonnes, un grand faucon portant la couronne de Haute et Basse Egypte. Dans la salle hypostyle, il y a 12 colonnes à chapiteaux en forme de fleurs. un naos (lieu où se trouvait le dieu et où il était vénéré par les prêtres). Notre guide nous explique plusieurs scènes hiéroglyphiques.

Puis, nous retournons au bateau à bord des calèches qui nous ont amenés, et là encore, il faut donner un backchich.

Nous prenons notre dîner à bord et la navigation reprend tranquillement vers Assouan.

Laisser un commentaire

tempus tristique Donec libero Lorem accumsan eget vulputate, felis ut nec id,