Les monuments de Bretagne à ne pas manquez

L’abbaye est située au cœur de l’anse de Beauport, à l’abri de la baie de Paimpol. Sa construction a commencé en 1202 et s’est achevée au XVIIe siècle. Le bâtiment a été classé monument historique en 1862 grâce à l’aide de Prosper Mérimée. Située dans un cadre naturel magnifique, l’abbaye (vendue comme bien national à la révolution puis restaurée au XIXe siècle par la famille Morand) et son littoral sont la propriété du Conservatoire du Littoral depuis 1993. Au cours de la visite, où vous découvrirez la salle des aumôniers, la cave à vin, le réfectoire, les salles de presse et la maison des ducs, vous aurez une idée de la vie de l’abbaye quand elle était une étape importante sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Pour de plus amples renseignements, composez le (0033) 2-96-55-18-18-58.

L’église de Tréhorenteuc (Sainte Onenne)

Construite au XVIIe siècle, l’église Sainte Onenne a été restaurée entre 1942 et 1962 par un passionné de légendes arthuriennes et du Graal, l’abbé Gillard. Jusqu’en 1814, la tombe de la sœur du roi Judicaël, Onenna, résidait dans cette église. Sa vie est racontée dans les vitraux chatoyants et dans l’une des douze stations du Chemin de Croix, qui se situe dans le décor de Tréhorenteuc et de la Vallée sans retour. La décoration essentielle de cette petite église s’inspire de la légende d’Arthur et de ses chevaliers. Les quatre panneaux qui ornent le chœur reconstituent des scènes de la légende arthurienne (Morgane et la Vallée sans retour, la Fontaine de Barenton et Yvain, Ponthus et Sidoine, etc.) et surtout le mythe du Graal (la coupe utilisée par Jésus lors de la Cène, que Joseph d’Arimathie utilisait pour recueillir le sang du Christ sur la croix). Cette église représente l’un des meilleurs exemples de la force de certains mythes païens qui, parce qu’ils ne pouvaient être détruits, ont été assimilés et amalgamés au mysticisme chrétien pendant l’évangélisation.

L’alignement de Carnac

Les premiers alignements mégalithiques sont apparus dans le Néolithique. Celle de Carnac date de 2800 avant Jésus-Christ. Ces pierres, objets de nombreuses questions, pourraient atteindre une hauteur de six mètres et sont entourées de mystères. L’examen du site a révélé que ce tracé mesurait à l’origine jusqu’à huit kilomètres de long. Trois alignements peuvent être distingués dans cet ensemble (alignement Kermario : 10 rangées avec un total de 989 menhirs ; alignement Menac : 11 rangées et 1100 menhirs en 1,2 km ; alignement Kerlescan : 13 rangées avec 540 menhirs), dont les structures sont très impressionnantes et énigmatiques. Ce site contient de nombreuses questions techniques (construction, transport des blocs de pierre qui pourraient peser plusieurs tonnes, érection de ces blocs, etc.) et spirituelles (quel rôle ont joué ces alignements ? lieu religieux ? lieu religieux ? théâtre de rite funéraire ? observatoire astronomique ? ) et ces questions peuvent rester sans réponse pendant des siècles.

Le château de Josselin

Situé sur les rives de l’Ost, le château de Josselin est l’un des trois plus beaux châteaux de Bretagne. Sa construction a commencé vers l’an 1000 et Josselin l’a transformé en place principale. Au XVIe siècle, les ducs de Rohan embellissent progressivement le château pour le rendre plus confortable. Toute sa beauté réside dans le fait que le château de Josselin semble avoir miraculeusement échappé au passage du temps et aux perturbations historiques (guerres de religion, révolution, guerre de 39 à 45, etc.). La seule modification architecturale importante est due à Richelieu qui a fait démolir quatre des huit tours de ce joyau. A votre arrivée, arrêtez-vous sur le pont de la Sainte Croix pour découvrir toute la force et la beauté de cette construction. Ensuite, une visite à l’intérieur révèle la finesse de l’architecture gothique flamboyante. Pour de plus amples renseignements, composez le (0033) 2-97-22-22-36-45.

L’église de Kernascléden

La construction de cette église ne prit que 44 ans, de 1420 à 1464. Largement financée par les comtes de Rohan, l’église de Kernascléden est riche et raffinée sur le plan architectural, ce qui en fait l’une des plus belles églises de Bretagne. De l’extérieur, on peut voir l’élégant clocher qui s’élève vers le ciel, la grande rosace qui orne la façade entre les deux portiques (l’un réservé aux hommes et l’autre aux femmes) dont les portiques sont ornés de statues des douze apôtres. A l’intérieur, l’état de conservation des fresques est exceptionnel (certaines représentent la vie de la Vierge, d’autres la Passion). L’une des fresques du bras sud de l’église met en scène une danse macabre représentant l’enfer (ce qui est tout à fait remarquable car très rare). Il répond à ceux du bras nord qui décrivent le paradis et les anges.

Laisser un commentaire