Ne manquez pas les statues (et prenez une photo avec elles)

Ok, ce truc de statue sonne un peu bizarre, non ? Cependant, Oviedo regorge de personnages curieux qui parsèment toute la ville. De Woody Allen, une gracieuse sculpture qui est déjà une partie essentielle de la ville, à Culis Monumentalibus (ou, comme on l’appelle communément, El superculo). La Regenta, l’emblématique Lechera et la sculpture de Mafalda (le personnage bien-aimé de Quino) sont également des arrêts obligatoires lors de toute visite à Oviedo.

La cathédrale d’Oviedo et la Sainte Chambre

Nous avons profité de la visite des statues de la ville pour nous planter devant La Regenta et observer la cathédrale. Oviedo a une essence préromane et la Chambre Sainte de la Cathédrale d’Oviedo est l’exemple parfait de ce que cette époque signifiait pour la ville. Cette construction mêle le préroman à des joyaux gothiques et romans comme la Croix de la Victoire (symbole des Asturies) ou le Saint Suaire, des éléments historiques qui impressionneront tout le monde (même s’ils ne sont pas croyants).

Place La Escandalera et Théâtre Campoamor

La Plaza de la Escandalera sépare la vieille ville des quartiers les plus commerciaux et modernes. En plus, il crie un secret : La Maternidad de Botero, l’une des statues les plus visitées de la ville (mieux connue sous le nom de La señora gorda). A côté se trouve le célèbre théâtre Campoamor, qui abrite les Prix du Prince des Asturies, l’un des théâtres les plus appréciés des Asturies.

Vous ne pouvez pas manquer une curiosité : à l’heure du matin, le bâtiment Cajastur fait gronder la ville (et la Plaza de la Escandalera en particulier) avec la chère patrie des Asturies. Quelque chose qui vaut la peine d’être vécu.

Champ de San Francisco

Tout près de l’Escandalera se trouve ce beau parc, le poumon central d’Oviedo, plein d’écureuils et, bien sûr, de sculptures diverses. Ce parc est le meilleur endroit pour se promener par beau temps en mangeant des churros, des glaces ou des pipes : c’est un véritable havre de paix. Mais vous ne pouvez pas quitter le parc sans trouver la statue de Mafalda et obtenir un selfi avec elle !

Le mont Naranco, son Christ rédempteur et l’Oviedo pré-roman

Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1985, la préromane de la capitale asturienne en est la relique la mieux conservée. Si vous n’avez pas vu leurs bâtiments, vous n’avez pas vu Oviedo. Pour y accéder, vous devez vous rendre au Mont Naranco, où vous trouverez, par exemple, les bâtiments de Santa María del Naranco, San Miguel de Lillo et San Julián de los Prados. Les visites à l’intérieur sont guidées, n’oubliez pas de le planifier.

Depuis que vous êtes à Naranco, son truc est d’escalader la montagne (incroyable au coucher du soleil) et d’observer la ville dans toute sa splendeur depuis le sommet. Il y a le Sacré-Cœur ou le Christ rédempteur, une statue dans le plus pur style de son “cousin” brésilien (ok, beaucoup plus petit, mais le style est là).

Musée des Beaux-Arts

Si vous aimez l’art, le Musée des Beaux-Arts est quelque chose que vous ne pouvez pas manquer. De plus, c’est gratuit ! Il n’y a donc pas d’excuse : une visite au musée qui abrite des œuvres de Dalí, Picasso, El Greco, Goya ou Sorolla, parmi tant d’autres. Ok, ce n’est pas le Prado, mais c’est un bijou dont les Asturiens (et Oviedo) sont très fiers.

Gascogne et cidre puxa !

Pouvez-vous imaginer une rue où il n’y a que des cidreries ? Eh bien, vous l’avez trouvée. La route à travers Oviedo doit se terminer, sans aucun doute, dans la Gascogne, la mère de toutes les rues. Plein de chigres dans lesquels vous pourrez déguster un peu de culinaires et de tapas. Le mieux est de se perdre dans cette rue et de sauter de cidrerie en cidrerie en cidrerie, en dégustant à la fois le cidre (avec prudence, ce qui frappe fort !) et la gastronomie asturienne.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here