La magnifique cathédrale gothique de Rouen possède la plus haute flèche d’église de France et une richesse d’art, d’histoire et de détails architecturaux. La cathédrale primatiale Notre-Dame de l’Assomption de Rouen est l’une des églises gothiques les plus impressionnantes jamais construites. La construction s’est prolongée pendant trois siècles, ce qui a permis à toutes les formes du spectre gothique, du début à la fin, flamboyant et tardif, d’apparaître dans les structures principales. La flèche est même néo-gothique – ajoutée au XIXe siècle, c’est le plus haut clocher d’église de France. Les ducs de Normandie y étaient traditionnellement couronnés et plusieurs sont enterrés dans la cathédrale, dont le cœur du Coeur de Richard Coeur de Lion. Jeanne d’Arc a été jugée dans le palais épiscopal. L’église possède des vitraux du début du XIIIe siècle et la plus ancienne statue de tombeau couché de France.

Le bâtiment de la cathédrale de Rouen

La cathédrale de Rouen est construite sur un site utilisé pour le culte chrétien depuis au moins le début du 4ème siècle. La plus grande partie de l’église actuelle a été construite entre 1200 et le début du 16ème siècle.

La construction de l’église actuelle a commencé à la fin du XIIe siècle pour moderniser et agrandir une cathédrale romane. Un incendie à Pâques 1200 a causé des dommages importants à la structure, ce qui a permis la construction de la nouvelle église gothique, libérée des contraintes du prédécesseur roman.

La construction de la cathédrale gothique a repris peu de temps après, mais la guerre de Cent Ans, les révoltes, les finances, le feu et les intempéries ont entravé le projet de construction, qui a traîné pendant trois siècles. (Certaines parties de l’église ont toujours été utilisées.) La longue période de construction a permis l’utilisation d’éléments de tout le spectre gothique – précoce, haut, flamboyant et tardif (plus une touche de néo au 19e siècle).

La cathédrale de Rouen a été endommagée mais n’a pas été détruite pendant les guerres de religion, la Révolution française et la Seconde Guerre mondiale. Comme pour toute maison ancienne, les travaux d’entretien ne s’arrêtent jamais et une partie de la cathédrale est toujours recouverte de bâches de protection et d’échafaudages.

De nombreuses fenêtres ont été soufflées en 1944 pendant la Seconde Guerre mondiale. Cependant, en 1939, à l’initiative de Jean Lafond, presque tous les vitraux de Rouen ont été retirés des églises et des bâtiments historiques et conservés en sécurité jusqu’à la fin de la guerre. La cathédrale de Rouen possède donc des vitraux datant d’aussi loin que 1210.

Dimensions et plan d’étage de la cathédrale de Rouen

La cathédrale de Rouen n’est pas la plus grande cathédrale de France, mais elle possède le clocher le plus haut, la façade occidentale la plus large, et le reste des dimensions sont également impressionnantes. (Le nord est à gauche sur le plan d’étage illustré).

Mesures extérieures :

  • Longueur totale – 144 m
  • Largeur de la façade ouest – 61,6 m
  • Hauteur du clocher – 151 m (depuis 1876)
  • Tour St Romain – 82 m
  • Tour de Beurre – 75 m
  • Mesures intérieures :
  • Longueur totale – 137 m
  • Longueur de la nef – 60 m
  • Hauteur de la nef – 28 m
  • Largeur de la nef incluant deux allées latérales – 24,2 m
  • Largeur de l’allée centrale – 11,3 m
  • Hauteur des allées latérales – 14 m
  • Hauteur de la tour de la lanterne – 51 m
  • Longueur du chœur – 34,30 m
  • Largeur du chœur – 12,7 m
  • Longueur intérieure du transept – 54 m
  • Voir aussi le plan d’étage.

Façade occidentale – un favori de Monet

La façade ouest de la cathédrale de Rouen est la plus grande de toutes les églises de France. Il a été peint par l’artiste impressionniste Claude Monet dans une série de 28 tableaux montrant la façade à différents moments de la journée. Les tableaux sont maintenant répartis dans le monde entier avec un au Musée des Beaux-Arts local, cinq au Musée d’Orsay, mais tous peuvent être vus ensemble, classés par heure du jour, en ligne sur le site de la paroisse de Rouen ou sur Wikipedia.

Les parties les plus anciennes de la cathédrale gothique sont la tour gauche et les deux portails latéraux de la façade ouest, datant du XIIe siècle. Les tympans datent du 13ème siècle – celui de gauche au-dessus du Portail St Jean montre la mort de Jean-Baptiste et sur le Portail St Etienne la lapidation de St Stephan (le premier martyr chrétien). La galerie de fenêtres en treillis et les pignons sont de style gothique flamboyant de la fin du 14e siècle, début du 15e siècle.

La Tour gothique primitive St-Romain, la tour à gauche (nord), est la plus ancienne avec sa base datant du 12ème siècle. Sa construction est généralement considérée comme le début du projet de construction de la cathédrale gothique. Le toit avec des soleils dorés, qui n’a été ajouté qu’au XVe siècle, a brûlé en 1944 après un bombardement par l’US Air Force, mais a été restauré à l’identique à l’original.

En 1507, la grande tour sud gothique flamboyante fut la dernière grande partie de l’église à être achevée. Il porte une couronne octogonale et n’a jamais eu de clocher. Il est connu sous le nom de Tour de Beurre, car on croyait que la construction était financée par des indulgences payées par certains riches, qui n’ont pas renoncé à manger du beurre pendant le Carême. (La magnifique cathédrale gothique de Bourges, au centre de la France, possède une tour Butter Tower similaire.

La porte centrale n’a été achevée qu’au XVIe siècle, la construction de la tour Butter Tower ayant endommagé l’ancienne structure. Le tympan contient l’arbre de Jesse. Il a été détruit par les Huguenots pendant les guerres de religion mais remplacé au début du XVIIe siècle et récemment restauré. La rangée d’apôtres sont des copies – les statues survivantes peuvent être vues de près dans le déambulatoire de l’église (jusqu’à ce qu’elles soient éventuellement transférées dans un musée).

Le portail des libraires à la cathédrale de Rouen

Le transept de la cathédrale de Rouen est accessible par le Portail des Librairies. On y accède par une porte gothique flamboyante en pierre et le Cours des Librairies, une cour traditionnellement utilisée par les libraires. Notez ici les reliefs avec des scènes de la création et de la Genèse primitive, ainsi que des animaux fantastiques, dont beaucoup combinent des parties du corps humain.

Le tympan de la fin du XIIIe siècle est du Jugement dernier – une scène souvent utilisée à la porte centrale des églises gothiques. Le tympan doit être nettoyé, mais les morts qui se lèvent des tombes du panneau inférieur et qui sont jugés au niveau supérieur sont encore faciles à déchiffrer. A droite, l’un des pécheurs dans un chaudron bouillant est un évêque et à côté, le diable attrape un pécheur qui tient encore son sac d’argent.

Adjacent à la cour se trouve le palais épiscopal (Archevêché) où Jeanne d’Arc (Jeanne d’Arc) a été jugée et condamnée en 1431. Une plaque ici rappelle qu’elle a été réhabilitée en 1456, après que Charles VII ait repris Rouen aux Anglais. Une chapelle de la cathédrale est dédiée à Jeanne d’Arc, mais une grande église du 20ème siècle à l’autre bout de la vieille ville est le sanctuaire principal de Jeanne d’Arc, devenue la patronne de France en 1920.

Portail Sud et clocher de la cathédrale de Rouen

La porte sud (Portail de la Calende) date du 14ème siècle alors que les deux tours de son côté sont plus anciennes d’un siècle. Le tympan qui montre la passion et la résurrection du Christ est considéré comme l’une des plus belles œuvres de cette période.

Le côté sud de la cathédrale offre également d’excellentes vues sur les tours de l’église. La flèche de la tour centrale de la lanterne est à 151 m (496 pieds) la plus haute de France et la quatrième église chrétienne la plus haute du monde.

La tour à lanterne à base carrée du XIIIe siècle a été élevée au XVIe siècle et coiffée d’une flèche en bois recouverte de plomb. Bien que la foudre frappait souvent la cathédrale, la flèche abaissée par un éclair en 1822 a duré près de 300 ans.

L’actuelle flèche en fonte de la cathédrale de Rouen a été achevée en 1876 et a été pendant quatre ans la plus haute structure artificielle du monde. Il manque au clocher l’une des quatre petites tourelles vertes – il est tombé à travers le toit lors d’une tempête le 26 décembre 1999. Les dégâts sont encore visibles dans les voûtes réparées à l’intérieur du chœur – regardez en l’air près des tombes de Rollo et de Richard Cœur de Lion.

L’intérieur de la cathédrale de Rouen

L’intérieur de la cathédrale de Rouen est de style gothique à son meilleur. La nef s’élève sur quatre étages et l’église semble s’étendre à l’infini. La cathédrale de Rouen est la troisième cathédrale de France après les grandes cathédrales de Reims et d’Amiens.

La Nef de la cathédrale de Rouen

La nef à 11 baies est de style gothique précoce, mais de nombreuses chapelles et décorations ont été ajoutées en gothique élevé. La nef bien éclairée mesure 28 m de haut et de nombreuses fenêtres à claire-voie sont dégagées. Les deux nefs latérales représentent la moitié de la hauteur de l’allée centrale et sont bordées de chapelles.

A noter les vitraux des chapelles St Sever et St Jean (côté nord). Les sections supérieures datent de 1210, les plus anciennes de la cathédrale, tandis que les sections inférieures datent du 15ème siècle. La rosace à l’ouest, au-dessus de l’orgue moderne, est de style gothique flamboyant.

Transept et Tour de la Lanterne

A l’extrémité nord du transept se trouve l’Escalier de la Librarie – le vol inférieur date du XVe siècle, tandis que le vol supérieur a été ajouté au XVIIIe siècle.

La tour-lanterne au croisement s’élève de 51 m (167 pi). L’un des quatre piliers énormes qui maintiennent la tour a été presque détruit par une bombe de la RAF en 1944 ; son effondrement aurait pu faire tomber toute l’église.

De l’extrémité sud se trouve la chapelle Jeanne d’Arc avec des vitraux modernes – une grande église à l’extrémité opposée de la vieille ville est dédiée au saint patron de la France. Le reste des fenêtres du transept sud provient principalement de la Renaissance et raconte le martyre de St Romain.

Chœur et Ambulatoire de la Cathédrale de Rouen

Le chœur est du XIIIe siècle et montre à quel point l’architecture gothique, comparée à l’architecture romane antérieure, peut donner une impression de légèreté et d’élégance tout en conservant le lourd toit voûté.

Dans le déambulatoire se trouvent plusieurs tombes avec des figures couchées de ducs normands. La statue de Rollo (c. 846 à c. 931 et premier duc viking de Normandie) est une copie et seul son fémur (os de cuisse) est laissé dans la tombe.

Seul le cœur de Richard Cœur de Lion (1157-1199), roi d’Angleterre et 12ème duc de Normandie, est enterré ici. Ses entrailles sont enterrées à Chalus-Chabrol où il est mort, tandis que le reste de son corps est enterré à l’abbaye de Fontevraud (près de Tours sur la Loire). A ses pieds se trouve un lion – non seulement une référence à son surnom, mais aussi un symbole médiéval de résurrection.

Dans cette zone se trouvent également les statues originales des prophètes prises de la porte centrale sur la façade ouest – elles seront éventuellement transférées dans un musée. Cinq des vitraux datent du XIIIe siècle, dont un grand nombre présentent des pièces rouges et bleues de Chartres. Le reste du vitrail provient principalement de la Renaissance.

La chapelle de la Dame (ou de la Vierge) du XIVe siècle mesure 25 m de long et n’est généralement pas ouverte aux touristes. La plupart des verres datent de la période de construction, mais la plupart des autres décorations sont plus récentes de deux cents ans. Sur le mur gauche de la chapelle se trouve le tombeau de Louis de Brézé. Il était le sénéchal de Normandie, mais il est maintenant mieux connu pour être le mari de Diane de Poitiers – elle est devenue la maîtresse préférée d’Henri II après la mort de son mari. (Voir Chenonceau pour en savoir plus sur Diane, Henry et Catherine de Medici – la formidable épouse d’Henry).

A gauche de la chapelle se trouve la tombe de Hugues d’Amiens (mort en 1164), évêque de Rouen. Son corps a été placé dans une tombe du 12ème siècle et on pense qu’il possède la plus ancienne statue de tombeau couché (gisant) en France.

La crypte romane faisait partie de la cathédrale romane du XIe siècle détruite par un incendie en 1200. Elle n’est visible que lors de la visite guidée de la cathédrale.

Heures d’ouverture de la cathédrale de Rouen

La cathédrale de Rouen est toujours une église catholique romaine en activité et a donc des heures d’ouverture assez longues et l’entrée est gratuite. Notez la fermeture le lundi matin et les fermetures à l’heure du déjeuner pendant les mois les plus froids.

Les heures d’ouverture de la cathédrale de Rouen sont :

  • Lundi 14 h à 18 h
  • Du mardi au samedi – 9 h à 19 h
  • Dimanche de 8 h à 18 h
  • De novembre à avril, l’église ferme à 18h et est fermée pendant le déjeuner de midi à 14h.

Certaines parties de l’église – généralement la zone du chœur ou la chapelle de la Vierge – sont fermées pendant les offices. Parfois, l’une des entrées des ambulatoires reste ouverte.

En été, de la fin juin à la mi-septembre, un spectacle de lumière gratuit est projeté sur la façade ouest, montrant généralement des couleurs de type Monet et des points impressionnistes. Comme il fait sombre à la fin de l’été, le spectacle d’une demi-heure commence après 22 heures.

La cathédrale de Rouen se trouve dans une partie de la France avec de nombreuses grandes églises – à quelques rues de là se trouve l’église St Ouen, une autre merveille gothique encore plus grande que la cathédrale. A quelques kilomètres à l’ouest de Rouen se trouvent les églises romanes de St Martin de Boscherville et les merveilleuses ruines de Jumièges. La plus grande église gothique de France n’est pas loin non plus à Amiens.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here