Voyage à Nice : les merveilles de la Côte d’Azur

Nice, la ville la plus italienne de la Côte d’Azur, revendique fièrement son ascendance méditerranéenne. Cette petite ville riche, qui jouit d’un niveau de vie élevé, est très appréciée des touristes. Nice n’est pas seulement une plage légendaire (assez romantique en fin d’après-midi, il faut bien le dire), mais aussi un centre historique (le Vieux Nice) où il est agréable de se promener dans ses ruelles médiévales dans l’esprit festif des étudiants qui le fréquentent.

Considéré un peu comme la Floride française en raison du grand nombre de personnes âgées qui choisissent d’y vivre pour profiter du climat ensoleillé, Nice révèle en fait des aspects lumineux et jeunes. Et surtout dans son centre historique médiéval. Situé loin de la mer, dont l’odeur n’est perceptible que par temps venteux, le “Vieux Nice” s’articule dans un dédale de rues pavées, de vieux bâtiments et de petites boutiques d’artisanat ou de design ultra-moderne. La richesse de la ville est également évidente dans la grande variété de restaurants et d’hôtels, dont certains sont particulièrement luxueux.

Trouver un vol pour Nice au meilleur prix grâce à notre comparateur de vols.

Ce qu’il faut voir à Nice

Une promenade dans le Vieux Nice est un must. Parmi les rues pavées, vous découvrirez de petites boutiques artisanales dans une ambiance pittoresque. De nombreux monuments religieux méritent également une visite : la Chapelle de la Miséricorde dans le Cours Saleya, qui date de 1740 et a été construite en l’honneur de la Confrérie des Pénitents Noirs. Plus à l’intérieur des terres, au détour d’une petite rue, se dresse l’actuel Palais de Justice, qui fut à partir du XVIIe siècle le siège des Gouverneurs et Princes de Savoie en passant par la ville. Promenez-vous dans le Vieux Nice pour admirer ses églises et ses monuments, mais l’un des événements mythiques du Vieux Nice est sans aucun doute le Cours Saleya : chaque matin (sauf le lundi, réservé aux antiquaires), cette ancienne esplanade est animée par son marché aux fruits et légumes et son célèbre marché aux fleurs. Enfin, au coin de la rue de la Poissonnerie et du Cours Saleya, il lève la tête pour admirer la Maison d’Adam et Eve aux bas-reliefs datant de 1584. En fait, c’est l’une des dernières vieilles maisons peintes, autrefois nombreuses dans la vieille ville.

Ce qu’il faut essayer

Nice, qui est la plus grande ville de la Côte d’Azur, revendique son statut culturel à travers ses différents musées municipaux, gratuits depuis le 1er juillet 2008.
Le Musée départemental des arts asiatiques, conçu par l’architecte japonais Kenzo Tange, abrite des œuvres classiques et contemporaines. Entrée libre, tél : 0033 4 92 29 37 37 37 00.
Le long du Paseo de los Ingleses se trouve, d’autre part, le Musée d’Art et d’Histoire, dans le Palais de Masséna. Cet édifice de la Belle Époque abrite des collections qui racontent l’histoire de la ville depuis l’époque de Bonaparte (1793-1815) jusqu’aux années 1930.
Le musée Matisse abrite également une collection d’œuvres du peintre, qui a vécu à Nice de 1917 jusqu’à sa mort en 1954, dans un bâtiment historique (d’architecture génoise du XVIIe siècle, pour être précis) au cœur des jardins de Cimiez.

Pour profiter d’une vue d’ensemble du Paseo de los Ingleses, vous devrez monter (accès gratuit par l’escalier, payé par ascenseur) jusqu’à la tour Bellanda, qui surplombe la côte. Il ne reste aujourd’hui que quelques pierres de cette tour, construite en 1830 sur la colline du château. En arrivant au sommet, vous découvrirez “simplement” un parc fleuri et sa cascade artificielle, ainsi que des vues extraordinaires sur la mer et les toits rouges de la vieille ville.

Moins culturel mais très drôle, l’évasion mythique au casino.

Laisser un commentaire