Voyager à Lille dans les Hauts de France

Lille, fière capitale de la Flandre, vous fera tomber amoureux de son charme nordique. Ville surprenante aux multiples facettes, elle mêle délicatement les vestiges du passé à la modernité.

L’architecture flamande omniprésente du XVIIe siècle donne vie à la ville aux couleurs irisées et donne tout son charme aux ruelles étroites du vieux Lille, un quartier qui a traversé les siècles tout en préservant son authenticité. La modernité est également présente à Euralille, complexe culturel et quartier d’affaires avec ses tours de verre ultra-modernes. Lille est aussi une ville festive avec des marchés et des festivals célèbres qui offrent une occasion parfaite de goûter la gastronomie locale, une véritable anthologie de saveurs typiques du Nord. Vous l’aurez compris Lille est une ville à visiter lors d’un voyage dans les hauts de France.

Ce qu’il faut voir à Lille

Le Musée d’Histoire Naturelle de Lille : le Musée d’Histoire Naturelle de Lille, initialement constitué d’échantillons paléontologiques, minéralogiques et zoologiques, présente une riche collection de 110 000 spécimens zoologiques et d’environ dix mille échantillons paléontologiques et minéraux, dont certains sont uniques au monde.
Au cours de la visite, 1 500 mammifères, 15 000 oiseaux régionaux et exotiques, quelque 1 000 reptiles, batraciens et poissons et 5 000 coquillages de mollusques peuvent être découverts.
Certains des 100 000 insectes et arachnides existent encore, contrairement au grand manchot, au loup marsupial, au charpentier royal ou au pigeon d’Amérique du Nord, qui ont tous disparu.
A travers la collection géologique, vous découvrirez des paysages qui ont disparu de la région Nord-Paso de Calais, comme les forêts de charbon ou les récifs coralliens qui ont -400 millions d’années.

Musée d’Histoire Naturelle de Lille : 19, rue de Bruxelles 59000 Lille. Téléphone : + 33 (3) 28 55 30 30 80.

Le Musée Matisse : Matisse est né en 1869 dans la verdoyante campagne française de Cateau où il a vécu avant de s’installer à Paris et de finir ses jours à Nice.
C’est Henri Matisse lui-même, étroitement lié à sa ville natale, qui a créé ce musée il y a plus de cinquante ans au Palazzo Fénelon, le palais des évêques du Hainaut Cambrésis.
Aujourd’hui, le musée passe en revue la vie et l’œuvre de l’artiste, consacrée à la création picturale. Les visiteurs trouveront plus de 170 œuvres de Matisse au centre de cet espace, rénové et réorganisé en 2002 pour mettre en valeur les peintures.
Les œuvres proviennent essentiellement d’un don d’Henri Matisse lui-même à sa ville natale, composé de peintures, dessins, esquisses et sculptures, une collection complétée par des œuvres de la famille, de la collection patrimoniale et d’un don de Herbin (maître de l’abstraction géométrique). Un circuit touristique a également été créé sous le nom de “suivre les traces de Matisse”, à travers lequel vous pourrez découvrir les différents lieux de la région, au nord et dans l’Aisne (Cateau-Cambrésis, Bohain, Saint Quentin, etc.) où Henri Matisse a passé son enfance et son adolescence.
Musée Matisse : Palais Fénelon 59360 Le Cateau-Cambrésis +33 (3)-27-84-64-64-50.

Le Palais des Beaux-Arts de Lille : entre 1991 et 1997, le bâtiment a été rénové à la fin du XIXe siècle afin d’offrir un lieu digne de présenter les collections aux visiteurs.
Les travaux s’étendent sur 22.000 m2 et sont divisés en écoles flamande, néerlandaise, espagnole, italienne et française.
Les deux collections les plus remarquables de ce panorama pictural qui couvrent la période du XVIe au XXe siècle sont la collection flamande, avec Rubens entre autres, et la collection française du XIXe siècle représentée par David, Delacroix, Géricault, Corot et Courbet.
Il s’agit d’une collection de 2 000 tableaux de renommée mondiale et très fréquentée par des spécialistes et historiens de l’art qui viennent la consulter ou étudier les 4 000 feuilles de travail du Bureau des dessins. Parmi ces 4 000 feuilles, on trouve des dessins de Raphaël et 200 à 300 dessins italiens du XVIe siècle.
Une autre particularité de ce musée est qu’il contient certaines des œuvres qui ont marqué l’histoire de la peinture, comme Le Bélisaire de David, la première peinture néoclassique présentée au Salon de 1781, la Table d’Ornans de Courbet, un tableau réaliste contre le mouvement romantique actuel présenté au Salon de 1849, ou le Rêve de Puvis de Chavannes qui annonçait la future période bleue de Picasso et qui a été présenté au Salon de 1867.
Outre les collections permanentes, le musée est très actif et propose une multitude d’expositions temporaires (Goya, Berthe Morisot ou Rubens) qui ont contribué à sa renommée internationale.
Palais des Beaux-Arts : place de la République 59000 Lille +33 (0) 3 20 06 78 00.

Le musée de l’Hospice de la Comtesse à Lille : ce bâtiment, fondé en 1237 par Jeanne de Constantinople, est l’un des derniers témoins de l’époque des comtes de Flandre.
Le musée de l’Hospice de la Comtesse est situé au milieu d’un environnement magnifique où sont exposés des bâtiments monumentaux qui témoignent de l’architecture lilloise du XVe au XVIIIe siècle. C’était à l’origine un hôpital qui est devenu un hospice pendant la Révolution et plus tard un orphelinat.
Le musée abrite de grands espaces où sont regroupées des pièces de collections dans le but de reproduire la vie des Augustins qui ont occupé l’hôpital pendant les XVIIe et XVIIIe siècles.
Vous pouvez aussi voir des objets du quotidien qui racontent l’histoire de la société lilloise de l’Ancien Régime et de la Révolution française.
Ouvert tous les jours sauf le mardi. Les lundis de 14h00 à 18h00, du mercredi au vendredi de 10h00 à 12h30 et de 14h00 à 18h00 et les samedis et dimanches de 10h00 à 18h00.
Comtesse Hospice Museum : 32 rue de la Monnaie 59800 Lille +33 (0) 3 28 36 36 84 00.

L’Ancienne Bourse : au XVIIe siècle, les magistrats de Lille et le souverain, sous l’impulsion des marchands et courtiers de la ville cherchant à se rencontrer dans la plus grande discrétion, décident d’ériger une bourse, identique à celle d’Anvers.
En mars 1652, les travaux commencèrent sous la direction de l’architecte municipal Julien Destré et se terminèrent en octobre 1653. En 1921, il a été rénové parce qu’il a été déclaré monument historique. En 1989, l’association Mecenazgo de la Antigua Bolsa (Patronage de l’Ancienne Bourse) était chargée de réparer les façades intérieures et extérieures, la cour et les galeries.
Cette politique de mise en valeur et de préservation de ce monument a survécu jusqu’à nos jours et sa dernière restauration est récente. L’Ancienne Bourse, joyau de l’architecture flamande du XVIIe siècle, se compose de 24 maisons, toutes identiques, aux façades richement décorées et disposées autour d’un cloître.
Ce bâtiment fait partie intégrante du paysage quotidien des habitants, lieu de rencontre des joueurs d’échecs, des fleuristes et des libraires et où d’autres activités sont parfois organisées, comme le Festival annuel de printemps de l’Ancienne Bourse qui a été créé en 1995.

La Citadelle de Lille : La Citadelle de Lille est la première œuvre de l’architecte militaire Vauban qui l’a nommée “Reine des Citadelles”.
La première pierre de sa construction a été posée le 17 juin 1668 et le 15 octobre 1670 elle a pu soutenir un siège. Cette citadelle, la première d’une longue série mais que Vauban considérait comme la meilleure construite est une merveille de l’art militaire défensif.
L’ensemble représente une étoile à cinq bras et est situé dans la partie la plus basse et la plus marécageuse de Lille.
Sur chaque bras de cette étoile a été construit un bastion associé aux longues fosses profondes qui transforment cette citadelle en île.
La combinaison de ces structures défensives (fosses, bastions et murs) fait de ce bâtiment un monstre de défense situé au centre d’un système complexe d’inondation.
Même Louis XIV apparut en personne accompagné de toute sa cour pour admirer cette œuvre. Les noms des portes et des bastions portent encore les traces de cette visite ; par exemple, la porte par laquelle on entre dans la citadelle s’appelle la Puerta Real (Porte Royale) et il y a aussi la Puerta del Delfín (Porte de Dauphin), la Puerta de Turenne (Porte de Turenne), la Puerta de Anjou (Porte d’Anjou), la Puerta de la Reina (Porte de la Reine) et, bien sûr, la Puerta del Rey (Porte du Roi). De nombreux visiteurs suivent les traces de cet entourage royal pour profiter du charme de cette citadelle dans un havre de verdure à proximité de la forêt de Boulogne, du jardin Vauban et du zoo.

Notre Dame de la Treille : la cathédrale Notre Dame de la Treille, fruit de l’imagination et des années de travail sur l’architecture médiévale de Viollet le Duc, devait être la cathédrale gothique idéale.
Viollet le Duc, théoricien de l’architecture gothique, a conçu son projet comme une réflexion sur de nombreux thèmes : l’histoire de l’homme et sa culture, la matière et la spiritualité, les ressources et la technologie à la fin du Moyen Âge et aujourd’hui.
Cependant, cette vision globale a subi de nombreux changements au fil du temps et est restée un projet largement inachevé. La façade ouest, par exemple, qui a été conçue avec une rosace et deux grandes tours, n’a jamais été construite.
La construction de la cathédrale a commencé en 1860, mais ce n’est qu’en 1990 que la décision a été prise de la terminer et de construire la façade ouest. La tâche de concevoir une façade en accord avec le projet de cathédrale idéal de Viollet et les travaux qui ont été réalisés dans des périodes successives a été confiée à l’artiste Ladislas Kijno.
Aujourd’hui, on peut admirer une composition architecturale qui combine un matériau fondamental, la pierre, avec les nouvelles technologies avec un résultat magnifique.

La façade en pierre, grise et sobre, est séparée au centre par un portail qui ressemble à une bougie s’élevant vers le ciel. Il est conçu avec une structure métallique dont les lignes soutiennent une rosace moderne qui fusionne avec l’ensemble d’une manière admirable.

Ce qu’il faut essayer dans les Hauts de France

Lille en segway : Les promenades en Segway (un dispositif de design futuriste composé d’une sorte de bureau motorisé à deux roues et d’un guidon sur lequel la personne se tient debout, un peu comme un haut-parleur sur roues) sont une façon amusante, écologique et pas trop fatiguée de découvrir les rues de Lille.
Cet appareil original et silencieux se présente comme un véhicule léger et facile d’utilisation avec lequel conduire de manière ludique pour découvrir Lille et son architecture éclectique fascinante.
Les promenades ont lieu tous les samedis et durent environ deux heures.
Tarifs : 20 euros par personne ; découverte en binôme : 30 euros.
Il est obligatoire de s’inscrire à l’avance à l’office de tourisme, de verser une caution et de présenter une pièce d’identité pour louer un véhicule.
Renseignements et réservations : +33 (0) 891 56 2004.

Les prés du Hem : Le parc des prés du Hem a été conçu il y a 30 ans comme une réserve d’eau qui est devenue un véritable havre de verdure.
C’est l’endroit idéal pour découvrir la nature à travers quatre axes : l’eau, les oiseaux, les bateaux et les marais.
Dans la maison de l’eau, l’élément vital de la planète peut être découvert à travers l’étude de son cycle (nuages de la maison et sa décharge) de manière active en participant à des expériences de terrain. Les prairies de Hem, à l’origine une réserve d’eau, abritent plus de 200 espèces d’oiseaux qui viennent se reposer, se nourrir et pondre leurs œufs.
Devenez ornithologue pour une journée, équipé d’un carnet de notes et de jumelles, et suivez le guide pour découvrir l’avifaune et la magnifique flore.
Dans la ferme des grands navigateurs, vous pouvez suivre les traces de célèbres explorateurs tels que Vasco de Gama, Cortés, Colón ou Marco Polo. Les visiteurs auront également l’occasion de découvrir les origines de la dinde, des rats, des faisans et des chats.
Le marais des contrebandiers plonge les visiteurs dans le monde des fraudeurs, des commerçants de tabac et de chocolat, tout en les renseignant sur le marais et ses paysages.
Ceux qui préfèrent la pratique à la théorie pourront visiter la première école de voile dans un étang intérieur en France dont le siège se trouve dans les prés de l’Hem où ils pourront suivre des cours privés et pratiquer la planche à voile, le catamaran ou la voile ainsi qu’une croisière à bord de l’Armentières 2000.
5-7, avenue Marc Sanguier B.P.1 59280 Armentières 03-20-44-04-04-60.

Zoo de Lille : Le Zoo de Lille est situé dans la forêt de la Citadelle, le poumon vert de la ville.
300 animaux de 100 espèces différentes sont rassemblés ici et comme attractions principales, le rhinocéros blanc ou la panthère des neiges.
Mais il y a beaucoup plus d’espèces dans ce parc qui présentent les animaux à travers des zones thématiques.
Par exemple, le pavillon tropical comprend des tamarins, des ouistitis – petits primates d’Amérique du Sud -, des boas, des tortues, des pythons et des iguanes. Les volières abritent de nombreux oiseaux multicolores et lémuriens.
Les petits profiteront des îles des singes habitées par des gibbons à main blanche, des siamangs et des capucins.
Dans le pavillon sud-américain il y a eu beaucoup de naissances parmi les tapirs terrestres, les alpagas ou les balanes.

Ce qu’il faut goûter à Lille

Venez déguster les spécialités de la région :

Potjevlesch : ce plat n’a qu’un seul défaut : son nom est imprononçable. D’origine flamande et typique de la région de Dunkerque, il est habituellement servi le dimanche avant le mardi gras et le même jour, avant le début du Carême.
Potjevlesch, que l’on peut traduire par “plat de viande”, est un mélange de viandes blanches – poulet, lapin, veau, bacon – marinées pendant vingt-quatre heures dans de la bière mélangée avec de l’ail, du thym, du céleri, des feuilles de laurier et des baies de genièvre.
Tout d’abord, les bords de la terrine sont recouverts de bacon (opération dite ” barder “), puis une couche de viande marinée est placée, recouverte d’oignons et de lanières de bacon et l’opération est répétée.
Ajouter ensuite un verre de genièvre, la couenne de porc, la gélatine de saucisse et la marinade filtrée.
Laisser cuire pendant trois à quatre heures, laisser reposer, refroidir et servir froid.

La’flamiche’ du fromage Maroilles : c’est une recette qui peut être effrayante à cause de l’odeur puissante de ce fromage, qui pour certains pue et pour d’autres est un trait de caractère.
Il est préférable de ne pas révéler le contenu de ce flegme jusqu’à la fin, lorsque les invités ont sucé leurs doigts avec ce plat qui dégage une odeur merveilleuse de fromage cuit. Je suis sûr que tout le monde sera surpris par la révélation en raison de l’absence du goût particulier de ce fromage.
Le caractère fort du Maroilles est tempéré par la cuisson et n’offre que la finesse et la texture.
Pour faire cette recette, il faut d’abord faire une pâte levée, puis la recouvrir de morceaux de maroilles et d’une couche de crème fraîche. Il n’est pas nécessaire d’ajouter du sel car le fromage est très savoureux. Il est cuit au four à haute température pendant environ une demi-heure et est prêt à être consommé.

Le Vieux Gris de Lille : au XIXe siècle, ce fromage était fabriqué en Thiérache et vendu au détail dans la région de Lens. On le mangeait avec du café ou un verre de gin. Afin de conserver le fromage sur de longs trajets, il a été salé puis dessalé une fois à Lille ou à Lens. Grâce à cette opération, le fromage prend un nouvel aspect lorsque la croûte devient grisâtre et l’intérieur blanc.

La lucille : au début du 20ème siècle, il y avait une tradition dans la région de Valenciennes selon laquelle la langue d’une vache était servie pendant le déjeuner aux funérailles.
Un restaurateur a eu l’idée d’associer la langue de vache fumée traditionnelle au foie gras et l’a nommé Lucullus (nom du général romain connu pour son attrait pour la luxure et la bonne viande).
Le Lucullus peut être consommé en entrée avec du pain grillé, de la confiture d’oignons ou accompagné d’endives confites. Il est encore fabriqué de façon traditionnelle.

La chicorium : la chicorium est une plante connue depuis des temps immémoriaux pour ses qualités régénératrices et régulatrices du corps.
A la fin du XVIIIe siècle, il était comparé au café et utilisé de la même manière : une boisson chaude consommée seule ou avec du café. À cette époque, il est devenu très célèbre dans les maisons françaises en raison du blocus des navires anglais par Napoléon en 1806.
Il est semé en avril dans les sols sablonneux et alluviaux de la Flandre maritime, ses racines sont récoltées en octobre, lavées, tranchées, séchées (alors appelées cossettes), grillées pour leur donner un goût de noix et de caramel, refroidies et moulues.
Bien que la région du Paso de Calais soit le leader mondial du chicorum, seules deux entreprises poursuivent cette procédure.
La chicorée est excellente pour la santé grâce à sa faible teneur en calories, son apport en fibres, vitamines, minéraux et oligo-éléments. Il est généralement consommé le matin, au petit-déjeuner, avec du lait ou parfois avec du café, et vous pouvez aussi trouver de la crème glacée.
Les grands cuisiniers l’utilisent pour mariner ou cuire la viande, faire des sauces, des crèmes, des terrines, du chocolat ou de la crème glacée.
Certains des plats avec ce produit sont la crème bavaroise à la chicorée, la crème catalane à la chicorée, les crêpes de chicorée à la pomme ou le pavé d’autruche à la chicorée.

Ce qu’il faut apporter

Il est vrai que le fromage de Maroilles est l’un des souvenirs typiques de cette région, bien que son odeur forte sera difficile à supporter dans des lieux fermés comme une voiture ou un train. C’est pourquoi nous vous proposons ici deux spécialités lilloises plus faciles à transporter :

Meert Tradition : la construction du bâtiment dans lequel se trouve Meert Tradition date, selon l’architecture de ses deux étages supérieurs, de la première moitié du XVIIIe siècle, tandis que le rez-de-chaussée a été transformé au XIXe siècle.
La décoration intérieure et extérieure du rez-de-chaussée a été réalisée par l’architecte Benvignat et le sculpteur Huidiez.
Delcourt, maître pâtissier et chocolatier, s’installe en 1761 au 27 rue Esquermoise. En 1773, Rollez, son successeur, reprend le magasin et se fait un nom grâce notamment à ses glaces, devenues très célèbres.
Cette maison, de plus en plus populaire, est devenue l’un des lieux privilégiés des Lillois. Même le comte de Lille écrit dans la “Feuille de Flandre” à ce sujet : l’amant chante à son bien-aimé…. Parce que j’ai une dent sucrée et je chante Rollez.
En 1839, Rollez réalise les travaux qui transformeront la pâtisserie en l’endroit que nous connaissons aujourd’hui.
En 1849, Meert reprend la boulangerie et devient en 1864 “le fournisseur officiel de Sa Majesté le Roi Léopold Ier”.
Meert a lui-même créé la fameuse recette des gaufres à la vanille. Sa clientèle se compose rapidement de chefs d’Etat comme le général de Gaulle lui-même, de familles royales et de célébrités.
Deux salons de thé ont été inaugurés par la suite, dont le premier a été conçu par l’architecte Cordonnier dans un style Louis XVI.
La maison Meert Tradition, bien qu’elle mérite une visite pour son décor somptueux, est surtout célèbre pour ses gaufres.
Les gaufres fourrées à la vanille ont été créées en 1849 dans les ateliers de la rue Esquermoise et sont toujours fabriquées selon la méthode traditionnelle.
Ils sont d’abord placés entre deux gaufres, l’encadrement étant fait à la main, l’opération qui leur donne leur forme finale. Ensuite, il est rempli de crème à la vanille de Madagascar.
Cependant, la recette de la gaufre a été gardée secrète depuis le début.
De plus, la confiserie offre d’autres spécialités aussi bonnes que le chocolat, les bonbons, les nuages, les bonbons aux fruits, le nougat, les bonbons à l’orange, les musiciens, les barres de chocolat, l’alajú, les morceaux d’orange confite, les biscuits au massepain, la pâte d’amande, les biscuits aux spéculoos, les amandes pelées, etc.
Meert Tradition : 27, rue Esquermoise 59800 Lille +33 (0) 3 20 57 07 07 44.

Le Pain de nos Ancêtres : cette boulangerie réveille les souvenirs d’une époque révolue puisque le pain est cuit au four à bois et dégage une odeur authentique.
Il y a beaucoup de pains qui peuvent être commandés comme pain au bacon, pain aux céréales, pain aux noix, pain aux noix, etc. Et de nombreux gâteaux, une délicatesse authentique, également réalisés selon la méthode ancestrale.

Les tartes au sucre, la flamiche au poireau, le fromage marron, la chicorée ou les quiches sont quelques-unes des spécialités.

Laisser un commentaire