Voyages à Nantes : ville artistique, historique et universitaire.

Le surnom de la ville des ducs lui convient toujours. Un vestige de l’époque où la ville était encore la capitale de la Bretagne, région à laquelle elle a été liée pendant 11 siècles (de 851 à 1941). Mais Nantes n’a jamais été une ville de la région, mais un carrefour, un point d’union entre la Bretagne et la Vendée, entre la terre et la mer. Un port au fond de l’estuaire, à 50 km de l’océan, une ville de marchands, d’armateurs et de voyageurs de rêve.

Découvrir la ville de Nantes en France

Comme Bordeaux, Nantes a connu une expansion sans précédent au XVIIIe siècle, la triste époque du commerce triangulaire et de la “traite négrière” qui a fait la richesse de la ville. Comme Bordeaux, elle a été surnommée la “Belle au bois dormant” jusqu’à son réveil au début des années 1990. Depuis lors, la sixième ville de France en termes de population (près de 300 000 habitants) s’est réconciliée avec sa tradition de ville imaginaire ouverte sur le monde. Depuis Jules Verne, qui y est né en 1928 et y a vécu jusqu’à l’âge de 20 ans, la ville cultive une tradition de voyage et de rêve, qui a été mise en valeur par les surréalistes au début du XXe siècle. “Nantes : c’est peut-être la seule ville de France où j’ai l’impression que quelque chose d’intéressant pourrait m’arriver, avec Paris”, écrivait André Breton dans son récit autobiographique Nadja (1928). Du Crazy Day aux Machines de l’île en passant par les Biennales de l’estuaire, la politique culturelle nantaise cultive aujourd’hui cette filiation extrêmement créative pour en faire la bannière de son attractivité.

Mais Nantes vaut aussi pour son patrimoine historique plus classique. Le château des ducs, les façades inclinées de l’île de Feydeau, l’impressionnant passage de Pommeraye ou les murs du café-restaurant La Cigale sont des endroits à ne pas manquer.

Ce qu’il faut voir

Architecture et animations sont les deux mots clés de Nantes. Il faut se promener dans le centre ville, le château et la cathédrale, le quartier médiéval de Bouffay, les façades de l’île de Feydeau au XVIIIe siècle et le quartier de Fosse, sans oublier Nantes au XIXe siècle, de la Place Royale au Théâtre Graslin….. Un voyage à travers la ville et l’histoire.

Ce qu’il faut essayer

De nos jours, il est essentiel de visiter les machines de l’île. Sur l’île de Nantes, là où se trouvaient les chantiers navals de la ville jusqu’à la fin des années 1980, un étrange bestiaire s’est installé. Fruit de l’imagination de François Delarozière et Pierre Orefice, le monde machine de l’île se situe au carrefour des “univers inventés” de Jules Verne, de l’univers mécanique de Léonard de Vinci et de l’histoire industrielle de Nantes.

Que penser

Si vous avez le temps, vous devez aller à Trentemoult. Cet ancien village de pêcheurs et caphornier, situé sur la rive sud de la Loire, est facilement accessible par navibus (bateau appartenant au réseau de transport public) depuis le centre ville (tramway, arrêt Chantiers Navals). Une magnifique promenade pour découvrir la ville. En règle générale, que ce soit sur les rives de la Loire, de l’Erdre ou de la Sèvre, Nantes est l’endroit le plus impressionnant à voir du fleuve.

Ce qu’il faut éviter

Traverser le centre de Nantes est la pire idée que l’on puisse imaginer. A la fin des années 80, la ville de Nantes s’est engagée dans un ambitieux plan de développement des transports publics (tramway, bus, vélo, etc.). A cet égard, la ville est très bien équipée. Cependant, l’espace est limité. Vous serez coincé dans un embouteillage et il sera difficile de se garer.

Ce qu’il faut goûter

Nantes doux, Nantes salé. Des biscuits nantais (le fameux BN) à Lefèvre Utile (LU), les biscuits nantais sont internationalement connus. Une fois sur place, vous préférerez les fruits de mer. Du brochet de Loire au poisson blanc (inventé par Clémence Lefeuvre à Thouaré-sur-Loire, à 10 km de Nantes), aux crustacés et crustacés venant directement de la côte….. Ces produits raviront les palais les plus exquis. Sans oublier, pour les plus aventureux et les plus chanceux, l’anguille (alevins d’anguille capturés dans l’estuaire pendant l’hiver). Traditionnellement, à Nantes, la civelle était servie en vinaigrette.

Ce qu’il faut apporter

Je t’ai apporté des bonbons……. En plus des biscuits Petit Lu présentés dans de belles boîtes, Nantes est célèbre pour ses sucreries. Le caramel de Nantes se distingue des autres sucreries par sa couleur douce et ses senteurs exotiques. Il faut aussi essayer la rigolette, c’est moins connu mais c’est plus typique. Ce caramel nantais original, fourré à la pulpe de fruits, date de 1902. Et bien que Nantes ne soit plus officiellement en Bretagne, il ne vous sera pas difficile de trouver un goût salé, des biscuits ou un kouign amann à emporter chez vous.

Laisser un commentaire