Voyages au Nord-Pas-de-Calais : démystifier les Chtis

Comme le chantait Pierre Bachelet, “Le Nord était le paradis des habitations minières”. “En effet, parce que depuis le milieu du XXe siècle, on peut dire que l’image d’une région qui se limitait aux mines, au charbon, à la monotonie et à la pauvreté est aujourd’hui lointaine. Bien que Germinal soit un magnifique roman social de Zola, il ne faut pas oublier qu’il date de la fin du XIXe siècle. Malheureusement, l’image qu’elle projette est restée ancrée dans la pensée de nombreuses personnes qui n’ont jamais mis les pieds dans cette région.

Organiser un voyage

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le Nord-Pas de Calais est l’une des régions les plus visitées de France. Bien que certains aiment rire de ceux du Nord et de leur accent, beaucoup viennent dans la région pour assister aux célèbres carnavals de Lille ou de Dunkerque. Parce qu’il est vrai que les gens du Nord “ont dans leur cœur le soleil qu’ils n’ont pas dehors” et qu’il brille dans les grandes fêtes. Enfants d’un pays où le climat n’est pas le plus clément, les habitants du Nord Pas de Calais sont très accueillants et ont un sentiment d’amitié que l’on ne retrouve nulle part ailleurs.
La capitale de la Flandre, Lille et Arras sont déjà en soi un conglomérat de cet esprit, mais aussi de la richesse architecturale du Passage du Nord de Calais. Parmi les maisons flamandes (155 à Arras), les tours et les places animées, les villes étoiles du Nord transmettent la jeunesse, le dynamisme, la culture et une atmosphère accueillante à toute la région.

C’est aussi illustré par ses villages de vacances classés ” Belle Epoque “, sur les rives de la Manche, comme Le Touquet ou Merlimont, avec leurs casinos, villas et hôtels de luxe, mais aussi par leurs grandes villes portuaires (Calais et Dunkerque).
L’ensemble du littoral est également magnifique dans cette partie nord de la France. Parmi les dunes flamandes, la côte de l’Opale, les caps Blanc-Nez et Gris-Nez ou la Platier d’Oye, le paysage offre un panorama à couper le souffle qui combine la mer, le sable blanc, les oiseaux marins et une lumière qui a fasciné de nombreux peintres.

Informations touristiques sur les Haut de France

Ne faites pas confiance aux clichés. Le Nord-Sud-Calais n’est pas une région aussi grise que vous l’imaginez. Bien qu’il soit recommandé d’apporter un parapluie lorsque vous visitez cette région du nord de la France, cela ne veut pas dire que vous devez vous enfuir comme un fléau. Bien que le temps ne soit pas toujours doux (rappelez-vous que nous ne sommes pas dans le sud), il ne pleut pas toujours sans interruption.
Vous devez également oublier le préjugé selon lequel il s’agit d’une région purement minière. Beaucoup de touristes l’ont déjà compris et n’hésitent pas à se diriger vers le Paso-de-Calais, mais malheureusement cette vision du territoire est encore très répandue.
Bien que vous puissiez la visiter toute l’année, la ville de Lille est un bon endroit à découvrir lors de son carnaval ou de son festival de la Grande Braderie. Lors de ces événements (dont fait partie le carnaval de Dunkerque), l’esprit de cordialité, d’hospitalité et de joie des habitants du Nord atteint son plus haut niveau.
Pour profiter au mieux de ces événements, nous recommandons aux visiteurs de réserver leur hébergement à l’avance. Ces festivités deviennent populaires au fil des années et, malgré leurs origines régionales, attirent aujourd’hui des touristes de toute la France et des pays voisins, de sorte que les hôtels sont souvent pleins à cette époque.
La capitale des Flandres, située à une heure de Paris, est aussi une destination de week-end. Il est vrai que son patrimoine, son atmosphère et ses attraits culturels apportent beaucoup de charme à la ville. Depuis Paris, nous vous conseillons de prendre le TGV et de laisser votre voiture garée quelques jours. Lille est conçue pour être découverte lors de promenades agréables, afin que vous puissiez oublier les problèmes de stationnement.
Les villages touristiques de la côte (Le Touquet, Merlimont) ont moins de trafic que leurs voisins normands, mais pas moins de charme. Moins mondains, plus accessibles et moins fréquentés, ils vous offrent donc tout ce dont vous avez besoin pour profiter d’un week-end dans un environnement “Belle Epoque”, allongé sur leurs longues plages ou en faisant d’agréables promenades, tout en évitant les foules de riches Parisiens qui s’entassent à Deauville.

Cuisine du Nord de la France

Maroilles

On pense que le Maroilles a été créé par les moines de l’abbaye du même nom en 960 ; une ordonnance promulguée en 1245 a établi que les bergers devaient convertir le lait de leur bétail en fromage le 24 juin (jour de la Saint-Jean) et le remettre à l’administrateur de l’abbaye le 1er octobre (jour de la Saint-Rémy). Ce fromage, connu sous le nom de ” La Merveille de Maroilles “, était apprécié par des souverains tels que Charles Quint et Henri IV et était décrit comme l’un des fromages les plus fins parmi les fromages à forte saveur. Cette pâte molle à croûte lavée est fabriquée exclusivement à partir de lait de vache et peut être affinée pendant quatre mois dans les caves de Thiérache (dont l’atmosphère particulière fait croître une flore unique) où le lin bactérien (ou ferment rouge) développe et modifie le goût et l’arôme du fromage. En 1955, le Maroilles obtient l’Appellation d’Origine Contrôlée, qui limite sa production à une zone de la région de la Thiérache (du district de l’Avesnes au sud à celui de Vervins au nord). Ce fromage peut être dégusté chaud, comme dans le gâteau flamiche, ou dans une sauce pour accompagner viandes, volailles et poissons, bien qu’il soit mieux servi sur un plateau de fromage à la fin des repas. Comme le dit la devise de la Confrérie de Maroilles : “Déshonoré est celui qui, sans Maroilles, essaie d’offrir une table noble”.

La chicorée

La chicorée a été découverte par hasard il y a un siècle et demi dans la région bruxelloise. Il a été introduit en France vers 1920 par les travailleurs saisonniers belges et depuis, les Hauts de France est devenu la première région productrice d’endives au monde. Avec 190 000 tonnes par an, le Nord Pas de Calais fournit 83% de la production nationale et 50% de la production mondiale. Les racines de chicorée, appelées “carottes”, sont cultivées à la campagne de mai à novembre. Les endives sont conservées dans des chambres froides, puis déplacées dans des atmosphères plus chaudes et plus humides, idéales pour leur production. Ils peuvent être consommés crus (en salade) ou cuits (gratin, en quiche ou en soupe) et on trouve de nombreuses recettes faites avec ce produit : endives sautées, pétoncles aux graines d’endives et d’orge, gâteau à la cassonade (un dérivé de mélasse) et confit d’endives d’automne…….

Ail du Nord

A Arleux, près de Douai, la culture de l’ail est une tradition qui remonte au Moyen Age. Locon, entre Béthune et Merville, est la deuxième zone de production. L’ail est planté en hiver et récolté en août. Les têtes sont plumées et laissées à sécher pendant quelques jours dans les champs ; après la récolte, elles sont nettoyées, tordues et suspendues. Plus tard, ils sont asséchés par l’action de la fumée créée par un feu de sciure de bois, de tourbe de marais et de rameaux de blé. L’ail est principalement utilisé comme condiment et de nombreux plats régionaux l’utilisent dans leur préparation, comme le filet de sandre grillé avec de la crème à l’ail fumé ou de la soupe à l’ail.

Les gaufres

Les gaufres sont une spécialité que la région Nord-Pas-de-Calais partage avec la Belgique. Elles peuvent être faites de différentes manières : avec de la garniture, liégeoise (épaisse, avec du sucre), des trous, des flamants roses ou dures (petites gaufres rondes, sèches, faites de pâtons de cuisson (boules de pâte) sur une “grille carrée”). Il y a aussi des milliers d’accompagnements possibles : sucre, chocolat, confiture, crème, sirop d’érable, etc.

Le hareng

Le “Prince de Poisson” ou “King Fish” a toujours été un aliment essentiel en Europe du Nord. Au Moyen Age, son absence dans les magasins était synonyme de rareté et pendant longtemps il a été utilisé comme pièce de monnaie ou comme cadeau. A Boulogne-sur-Mer, les techniques de transformation du hareng (salage, fumage et séchage) sont très anciennes et leurs différentes combinaisons offrent une gamme impressionnante de produits : hareng salé conservé dans des caques (tonneaux de hareng) ; hareng fumé : salé, séché et fumé ; hareng de gendarme (pour sa rigidité) : salé pendant au moins 9 jours ; hareng fumé ou craquelot : hareng farci, légèrement fumé ; kipper : hareng farci, salé et légèrement fumé ; rollmops : mariné au vinaigre, roulé dans des rondelles d’oignons maintenues en place par une brochette en bois ; flambage : salé pendant quelques heures puis fumé à chaud ; petit hareng, rôti dans des tomates… Cette abondance de préparations permet aux restaurants de préparer des plats tels que des filets de hareng sucré sur pommes de terre, de la crème de pois séché avec du hareng fumé sucré ou des crêpes de hareng salé. Pour se rendre compte de l’importance de ce poisson dans la région, il y a une coutume en février, pendant le carnaval, qui est de lancer des harengs aux gens de la mairie.

Laisser un commentaire