Tourisme à Lyon : le quartier de la Croix Rousse en 7 points

Que ce soit dans le cadre d’un voyage en groupe ou d’un séjour personnel, Lyon est l’une des plus prestigieuses villes françaises qui méritent le détour. La ville des Lumières conserve pour elle et pour le plaisir des visiteurs un patrimoine riche et exceptionnel qui allie romantisme et modernité. L’ancienne capitale des Gaules se compose aujourd’hui d’un ensemble de quartiers au charme inédit, véritables témoins de son histoire et de sa culture. Quid du quartier atypique de la Croix Rousse ? Quels sont les points d’intérêt à découvrir ?

Les pentes de la Croix Rousse : découvrez le village des créateurs

Les pentes de la Croix Rousse sont une belle étape pour introduire la présentation et la découverte de ce quartier iconique. Celui-ci, par opposition à Fourvière, le quartier qui prie, est plutôt connu comme le quartier qui travaille. En arpentant la rue des Capucins pour rejoindre la montée de la Grande Côte, vous ne tarderez pas à découvrir de nombreuses galeries d’art contemporain qui vous mèneront au contact de la rue Pouteau, là où siège le village des créateurs. Il s’agit d’une structure d’accompagnement des entreprises créatives éco-enthousiastes du territoire Auvergne-Rhône-Alpes, qui accompagne depuis 2001 plus de 70 artistes dans les domaines de la mode, du design et de la décoration.

Dans le quartier de la Croix-Rousse, le village des créateurs est installé comme un pôle entrepreneurial, mais aussi un espace de vie, un tiers lieu d’échange et de travail. Chaque année, de nombreux évènements y sont organisés, de quoi redorer le blason artistique de la ville de Lyon. Si vous souhaitez obtenir plus d’informations sur le quartier de la Croix Rousse ou sur les évènements organisés au village des créateurs, vous pouvez simplement consulter le site officiel de la ville.

Parc de la tête d'or Lyon

Le Jardin des plantes : à la découverte de l’Amphithéâtre des 3 Gaules

En engageant vos pas sur la rue Burdeau, vous retrouverez à l’intersection avec la rue Lucien Sportisse, le magnifique Jardin des Plantes, celui qui accueille l’un des plus beaux vestiges gallo-romains de la vile de Lyon avec l’Amphithéâtre des 3 Gaule. Cet ancien jardin botanique situé en contre bas des pentes de la Croix Rousse, est aujourd’hui un espace vert public, détenteur du label EcoJardin, qui accueille quotidiennement un nombre important de promeneurs. À Lyon, ce jardin est l’ancêtre même de l’actuel Jardin botanique, situé depuis 1857 dans le parc de la Tête d’Or.

L’Amphithéâtre des 3 Gaules que vous retrouverez dans le Jardin des plantes, a été érigé par Drusus et date de -12 avant J.C. C’est un monument resté enfouis sous terre depuis le IIe siècle que les fouilles ordonnées par un ancien maire de Lyon, Louis Pradel, ont permis de découvrir en 1960. Autrefois, ce lieu était dédié au culte de Rome et de l’empereur Auguste, un personnage que les 60 nations gauloises célébraient le 1er août de chaque année. Cette date correspondait respectivement à l’anniversaire du dieu solaire Lug et au jour fatidique de la prise d’Alexandrie. Pour l’anecdote, l’amphithéâtre servait aussi d’arène pour le combat des gladiateurs.

Le plateau de la Croix Rousse : le refuge du Gros Caillou

Sur le boulevard de la Croix Rousse, vous découvrirez une grande esplanade depuis laquelle il est possible de profiter d’une vue exceptionnelle sur le côté est de Lyon, notamment sur le parc de la Tête d’Or. Cette esplanade, c’est le plateau de la Croix Rousse, un lieu très apprécié des visiteurs et des résidents, car l’on y retrouve le plus imposant des monuments du quartier : le Gros Caillou. Ce bloc erratique transporté il y a près de 140 000 ans par des glaciers venus des Alpes pendant la Glaciation de Riss, est aujourd’hui le symbole même de la demeure.

Ce qui surprend surtout avec le Gros Caillou, c’est son histoire assez originale. Il a été découvert en 1861, au cours du percement de la ficelle via le funiculaire pour relier le centre de Lyon et la Croix Rousse. Les ouvriers de l’époque se sont retrouvés bloqués et obligés d’arrêter les travaux, car une roche extrêmement dure et résistante faisait obstacle. Le travail ne put reprendre que lorsqu’elle fut extraite et exhumée de son substrat. Plus tard, le Gros Caillou fut transféré sur l’esplanade de la Croix Rousse, dominant ainsi la ville.

Les traboules : la Cour des Voraces et ses sœurs emblématiques

Les traboules sont une expression architecturale typiquement lyonnaise. Elles désignent des passages piétons secrets qui passent à travers des cours et des bâtiments, et qui permettent de relier deux rues parallèles. Dans le quartier de la Croix Rousse, vous pourrez notamment traverser :

  • la Cour des Voraces,
  • la traboule des Capucins,
  • la traboule Imbert Colomès,
  • la traboule de Thou.

Dans cette liste, la Cour des Voraces est, en effet, la plus réputée. Elle doit sa renommée à la révolte des Canuts en 1848, durant laquelle elle servit alors de refuge aux pauvres ouvriers de soie qui devaient se cacher des soldats chargés de la révolte. De même, pendant la Seconde Guerre Mondiale cette traboule a aussi servi de passage secret utilisé pour échapper à la surveillance des Allemands. En réalité, elle est principalement constituée d’une grande cour qui donne sur un immeuble de 8 étages des années 1840, très récemment rénové. Aujourd’hui, ce passage permet de rejoindre le 29 rue Imbert Colomès ou le 14 bis montée Saint-Sébastien.

Lyon les traboules

La Maison des canuts : sur les pas de l’histoire de la soierie lyonnaise

À Lyon, les canuts sont l’âme même du quartier de la Croix Rousse. Il s’agit d’une visite incontournable lorsque vous choisissez de découvrir les lieux. En particulier, la maison des Canuts est l’endroit parfait pour prendre connaissance de la grande histoire de la soierie lyonnaise et en savoir plus sur ses évolutions, la culture du ver à soie et les conditions de travail des ouvriers. C’est une expérience palpitante à vivre de préférence en famille. C’est l’occasion de revivre ce passé à travers les expositions, les vidéos et les démonstrations soulignant l’histoire du quartier, des origines à nos jours.

À l’occasion d’une visite guidée, vous pourrez vraiment découvrir comment Lyon a été façonné par l’histoire de son industrie textile que ce soit sur le plan économique ou social. Vous pourrez aussi prendre connaissance du récit de la révolte des canuts dans ses moindres détails.

Par ailleurs, ne terminez pas votre visite sans faire un tour à l’espace boutique, le lieu par excellence pour s’offrir des accessoires en soie (des foulards, des cravates et nœuds papillon, des images tissés, des écharpes, des passementeries, etc.) et pour voir les réalisations rhônalpines.

Le Street Art et les murs peints de la Croix Rousse : quand l’art redessine Lyon

Sur le plan universel, Lyon est aujourd’hui reconnu comme étant un symbole mondial du muralisme. Cela n’est pas sans le concours du Street Art de la Croix Rousse qui permet de révéler l’extraordinaire inventivité des artistes du milieu. Le Street Art, c’est l’art du graffiti artistique, une discipline qui a connu une forte expansion en 1968, lorsque dans les locaux de l’École des Beaux-Arts (jadis située sur les pentes de la Croix Rousse) une nouvelle génération de graffeurs vit le jour.

Aujourd’hui, cette tradition s’est concentrée sur les pentes du quartier (entre le nord de la place des Terreaux et le sud du boulevard de la Croix-Rousse) et le plateau. Pour une visite, vous pouvez vous offrir un parcours street art sur les lieux où l’on peut toujours découvrir des œuvres éphémères ou constantes :

  • la rue abbé Rozier,
  • l’onirique escalier bleu du passage Mermet,
  • le passage Thiaffait,
  • la place Sathonay,
  • les halles de la Martinière.

Ce ne sont là que quelques exemples. En arpentant les rues du quartier, vous ne manquerez pas de découvrir bien plus de lieux où de célèbres graffitis sont présents.

La fresque des Canuts : le mur qui parle

La fresque des Canuts désigne spécifiquement un mur peint sur 1200 m², un trompe-l’œil qui représente la vie du quartier, ses maisons et ses habitants. Le mur a été réalisé en 1987 par la Cité de la Création et demeure à ce jour le plus grand au niveau européen. En 1997, il a été actualisé une première fois en tenant compte des transformations et des nouvelles habitudes du quartier. Les réalisations les plus anciennes et désuètes ont été alors remplacées par de nouveaux dessins. En 2013, le mur a été complètement rénové puis actualisé une fois encore avec de nouvelles œuvres.

Pour les habitants et les visiteurs, la fresque des Canuts est un mur qui parle et qui continue de faire du quartier de la Croix Rousse un milieu vivant qui entretient pleinement l’histoire au cœur de la modernité. C’est un mur peint évolutif qui s’adapte au temps et qui représente le quartier dans toute sa richesse. Vous y retrouverez des immeubles typiques de la Croix Rousse avec leurs impressionnantes fenêtres et leurs plafonds de 4 m de haut destinés à accueillir les métiers à tisser.

Benjamin
Salut à tous, je suis Benjamin, l'explorateur et le conteur derrière "LeBaladin". Vous savez, la vie est trop courte pour rester dans un seul endroit, et c'est cette philosophie qui m'a poussé à parcourir le monde. Avec un diplôme en journalisme en poche, j'ai décidé que le monde serait mon terrain de jeu et mon bureau. "LeBaladin" est le fruit de cette passion. Ici, je partage avec vous mes aventures, des plages secrètes de Thaïlande aux marchés animés de Marrakech. Chaque lieu que je visite devient une nouvelle page dans ce livre ouvert qu'est la vie. Vous trouverez des guides détaillés, des conseils pratiques et des histoires qui, je l'espère, vous inspireront à faire vos propres découvertes. Je suis également un grand défenseur du voyage durable. Pour moi, voyager, c'est aussi prendre soin des endroits que nous visitons et des personnes que nous rencontrons. Alors, si vous êtes prêt pour une aventure qui va au-delà des cartes postales, vous êtes au bon endroit.
[td_block_14 limit="6" category_id="_related_cat"]